Agriculture islamique #1 – Savoir partager les bienfaits d’Allah avec les animaux

/ mai 2, 2017/ Au jardin, Les animaux sauvages

Nous avons souvent une attitude égoïste quand nous voyons un oiseau manger nos cerises, un lapin manger nos salades… mais si nous adoptions un autre regard ?

Avant toute chose, il est important de noter que cet article est uniquement un rassemblement de ahadith et de versets, qu’il n’est en aucun cas une fatwa et qu’il n’a aucune valeur religieuse, toute interprétation qui va suivre peut être fausse c’est pourquoi il faut voir en cela des pistes de réflexions, de recherches personnelles, et non une vérité en soi. Tout avis de savants sont bienvenue, je les rajouterais au fur et à mesure à l’article. Toute copie partielle de cet article sans le préambule est interdite afin de ne pas tromper les gens, et les induire en erreur. Les ahadith et versets sont copiés de sources fiables. 

Il a été écrit qu’un loup avait parlé à un des Compagnons du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) près d’al-Madîna, comme cela est rapporté dans le mousnad d’Ahmad, vol.3, page 83, mousnad Abi Saîd al-Khoudri ( qu’Allah l’agrée ) rapporta :

Pendant qu’un berger était entre ses moutons, un loup attaqua soudainement un mouton et le prit avec lui avant de fuir.
Le berger chassa le loup et reprit le mouton. Alors, le loup s’assit sur sa queue et s’adressa au berger : « Aies crainte d’Allah, tu as pris la provision qu’Allah m’a donnée ».

Le berger dit : « Que c’est étonnant ! Un loup qui s’assied sur sa queue et me parle en langage humain ! »
Le loup dit : « Te dirai-je quelque chose de plus étonnant ? Il y a Muhammad, (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), le Messager d’Allah, à Yathrib (al-Madîna) en train d’informer les gens des récits du passé.»
Alors le berger partit à al-Madîna avec son mouton.
Quand il y arriva, il attacha son mouton et se rendit au Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) et lui raconta toute l’histoire.
Le Messager d’Allah ordonna qu’on appelle au rassemblement d’une prière en commun, puis il sortit et demanda à l’homme de raconter aux gens toute l’histoire, ce qui fut fait.
Ensuite le Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) dit :
« Il dit la vérité. Par Allah qui détient mon âme entre Ses Mains, le jour de la Résurrection ne sera établi que jusqu’à ce que les bêtes féroces parlent avec les êtres humains, le bâton frappe, les lacets d’une personne lui parlent et sa cuisse l’informe de ce qui s’est passé à sa famille en son absence. »                                                                                 Copié de 3ilmchar3i.net

 

Nous avons souvent tendance à être égoïste envers nos biens, à vouloir garder 100% de la récolte, alors certains tuent les oiseaux qui mangent sur les arbres fruitiers, disposent des pièges pour attraper les animaux comme le « piège à oeuf » qui est un piège barbare, alors que cela est peut être la provision qu’Allah leur a accordé.

Ainsi il faut comprendre que nous devons partager avec les animaux qui nous entourent, sans avoir de jalousie pour cela, et au final on peut même être heureux de le faire car c’est une sadaqa (aumône) envers eux, et cela nous rapporte des bonnes actions pour l’au-delà, donc nous devrions nous réjouir de cela !

Djâber rapporte que l’envoyé d’Allah sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit :

« Quiconque parmi les musulmans plante un arbre fruitier, se verra compter une bonne action à chaque fois qu’un fruit sera mangé ou volé, même si cet arbre est l’objet d’un préjudice grave . »

(Rapporté par Muslim)

La leçon à tirer de cela est de planter autant qu’on en a la capacité afin que nous puissions obtenir une récolte tout en ayant partagé avec les animaux de la nature, nous aurons une subsistance et des bonnes actions. Dans un système agricole équilibré, c’est à dire qui n’est pas en monoculture mais qui est plutôt en polyculture, avec des plantes qui s’entraident, de diverses strates et de diverses sortes, nous obtenons une bonne biodiversité et nous atteignons un certain équilibre. Les animaux peuvent profiter de nos récoltes, mais comme le système est équilibré, il n’y a pas de nuisibles envahissants, chaque chose est consommée avec parcimonie car chaque insecte, animal, a un prédateur qui contrôle son invasion.

Nous pouvons ainsi favoriser l’installation d’animaux auxiliaires qui vont nous aider à contrôler cela en s’assurant que chacun ait sa part.

1 Comment

  1. Merci pour cet article qui pousse à la réflexion !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*